Services externes

Consultants externes

Dre Marie-Claude Déry

Dre Marie-Claude Déry

Chiropraticienne

Chiropraticienne de formation, Marie-Claude Déry offre une approche interdisciplinaire qui combine des techniques de chiropratique conventionnelle à l’utilisation d’appareils à la fine pointe de la technologie.

En savoir plus sur Marie-Claude

Chiropratique | 31 mai

Les bons côtés d’un trampoline!

Retour aux articles

Cet article est toujours une source de discussion lorsque je le publie! Ne me lancez pas des tomates, chacun a droit à son opinion! Régulièrement, lors d’une consultation avec un enfant ou un adolescent, le parent me demande d’expliquer pourquoi il ne faut plus faire de trampoline. À chaque fois je suis embêtée. Je comprends les risques et je constate les blessures. Par contre, bien encadré, ce sport présente de bons avantages. En voici quelques-uns.

Pourquoi garder votre trampoline

Je sais que mon opinion peut être controversée, mais vu la popularité de ce sport, je préfère en voir les bons côtés et favoriser un bon encadrement pour en retirer le maximum de bénéfices. De toute façon, ce n’est pas demain que vous arrêterez d’en acheter. Je prône plutôt la responsabilisation. Partons du principe que chaque activité comporte des risques. Qu’il s’agisse de la planche à neige ou de la course à pied, votre enfant peut se blesser à tout moment. Il ne faut pas s’empêcher de bouger pour ça. Le trampoline permet d’optimiser plusieurs structures du corps : en sautant, tous les muscles sont sollicités, entre autres les muscles profonds s’attachant à la colonne vertébrale. Pour rester droit et en équilibre, votre enfant recrute énormément sa ceinture abdominale et les muscles de son dos. Peu de sport en font autant. Lorsque votre enfant passe de la position assise à debout, une multitude de muscles lui permettent cet exploit. C’est un sport qui favorise la proprioception, qui désigne la capacité du cerveau humain de connaître à tout instant la position du corps dans l’espace. Les propriocepteurs sont des récepteurs microscopiques situés entre autres dans les muscles, les tendons, les ligaments et la peau et ils sont grandement stimulés lors d’exercices de déséquilibre. C’est une activité hautement cardiovasculaire. Elle permet d’atteindre de hautes fréquences cardiaques sans avoir les désavantages de l’impact au sol pour les articulations. Si votre enfant n’est pas un grand sportif et qu’il démontre un peu d’embonpoint, le trampoline peut être un bon départ pour lui. Il s’amusera et ses articulations souffriront moins. Lorsqu’effectué pieds nus, les muscles de la voûte plantaire sont particulièrement recrutés et cela permet de renforcer l’arche et de contrer les pieds plats. Le trampoline est aussi régulièrement utilisé lors de la rééducation après une blessure à la cheville, alors il s’avère un excellent exercice préventif.

Mise en garde

L’utilisation d’un trampoline nécessite un encadrement sévère et strict. Les risques de blessures sont grands et les conséquences peuvent être considérables. Les statistiques démontrent que l’utilisation à deux est l’élément qui augmente le plus les risques de blessures, donc exigez l’utilisation à un seul enfant. Demandez lui de sauter au milieu et limitez la hauteur des élans, favorisez de petits bonds rapides et la pratique de différentes postures. L’exercice de sauts plus techniques, de vrilles ou de « back flip » devrait être réservé aux enfants/athlètes ayant reçu un entraînement adéquat. Ne jamais utiliser le trampoline comme tremplin ou y sauter à partir d’une autre structure. Ne diminuez pas votre vigilance puisque c’est lorsque vous ne regarderez plus que votre enfant essaiera de pousser ses limites. Peu importe l’activité, la prévention et l’éducation sont la clé vers une approche responsabilisante.

Bon été!

Pour lire tous les articles de Dre Marie-Claude Déry, chiropraticienne, consultez son blogue Découvertes Santé et Petits Plaisirs

Retour aux articles

Vélo de montagne et blessures

Physiothérapie 1 juillet

Les bons côtés d’un trampoline!

Chiropratique 31 mai

Arthrose du genou et physiothérapie

Physiothérapie 15 mars